Dialogue sans frontières au Knowledge Transfer Center de Milan

ph: ©Caviola


Université libre des langues et de la communication de Milan. Une triple histoire

L’article d’aujourd’hui, consacré à l’IULM, l’Université libre des langues et de la communication de Milan, est une triple histoire.

Trois acteurs sont en effet impliqués dans la réalisation du projet de l’IULM, sur lesquels nous souhaitons attirer l’attention. Il s’agit plus particulièrement de l’IULM (université, pôle culturel, lieu du savoir et du dialogue), de Studio 5+1AA Alfonso Femia Gianluca Peluffo Architects (agence d’architecture basée à Gênes et Paris) et de Casalgrande Padana, fabricant des dalles en grès cérame utilisées pour le projet. Cette rencontre a permis au projet, baptisé « Knowledge Transfer Centre », de s’adjuger un premier prix lors de la dixième édition du concours international d’architecture Grand Prix.

Le roi des matériaux utilisés dans ce projet est Diamante R20 BOA. Ces carreaux uniques en grès cérame émaillé se caractérisent par leur réalisation tridimensionnelle dans toute leur épaisseur. Grâce à leur éclat et à leurs différentes facettes inspirées du diamant, les dalles de cette collection façonnent des surfaces mouvantes, que soulignent les reflets et contrastes en clairs-obscurs. Une des nombreuses lignes et collections de dalles Casalgrande Padana, à laquelle est dédiée cette vitrine spéciale sur Pinterest, pour révéler les caractéristiques d’un dessin et d’une structure si singulières.

 

Une tour haute, deux édifices bas.

Évoquons pour commencer l’IULM de Milan et la transformation qui lui vaut aujourd’hui l’appellation de « Knowledge Transfer Centre ». Centre d’échange culturel, de dialogue, de connaissance. Telle est la conception de l’université de Studio 5+1AA Alfonso Femia Gianluca Peluffo Architects, qui a choisi pour l’occasion une triple approche. Trois éléments reviennent encore, correspondant dans le cas de l’IULM à trois édifices aux formes et fonctions à la fois différentes et complémentaires. Comme dans un dialogue, un débat ou une recherche conduite au nom d’une vérité qui réunit plusieurs composants.

Les trois âmes du projet « Knowledge Transfer Centre » sont une tour et deux édifices plus bas et linéaires. La première – comme on peut le lire dans un article publié sur le site de l’Ordre des Architectes de Milan – a été créée « […] pour signaler une présence forte et une disponibilité authentique. Articulée autour d’une échelle hélicoïdale, la tour accueille les archives, leurs espaces de consultation et la bibliothèque numérique : la mémoire des initiatives et des activités de l’IULM dans les secteurs de la mode, du cinéma et de la communication, ainsi qu’un lieu de formation et d’étude. Le véritable cœur de la communication et du savoir de l’IULM ».

Toujours dans le même article, les deux autres édifices sont définis pour l’un comme l’incarnation de la volonté de faire, du « Knowledge Transfer Centre », un lieu à même de favoriser l’échange et le dialogue, pour l’autre comme un autre lieu pour se rapprocher de la culture et des savoirs du passé.

L’édifice qui s’élève au sud, en effet, « […] accueille des espaces dont la flexibilité convient bien à des structures académiques de différents types – bureaux, laboratoires, salles, amphis – et à des évènements et des activités liées à l’entreprise ». Comme on le lit plus loin, le défi du « Knowledge Transfer Centre » consiste justement à « […] renforcer […] l’osmose opérationnelle existant entre création du savoir et production ».

L’édifice situé au nord « […] accueille la bibliothèque et les archives plus traditionnelles, par rapport à celles numériques de la Tour. En lien avec les espaces d’entrée, cet édifice prévoit une ouverture au public, étant ainsi destiné à établir une connexion directe avec la ville […] ».

 

Être dans le projet. Être autour du projet.

Le choix des matériaux céramiques pour le revêtement des édifices s’est révélé essentiel dans la réalisation de ce projet, lui permettant d’exprimer au mieux les messages et les innovations dont il est porteur. Un choix crucial, comme il en est de vouloir représenter l’essence de quelque-chose (la partie la plus intime et cachée), en faisant affleurer, en montrant ses singularités et ses éléments créatifs. En les incorporant dans la façade du projet, là où des milliers de regards l’ont rencontrée et la rencontreront à l’avenir.

Les céramiques Casalgrande Padana, depuis toujours à l’avant-garde dans les technologies et les systèmes de revêtement de façade, ont été sélectionnées pour cette tâche difficile. Le choix s’est notamment porté sur Diamante R20 BOA, des dalles en grès cérame caractérisées par un aspect tridimensionnel, sur lesquelles miroitements et reflets dessinent des ombres et des éclats de lumière qui enrichissent et rendent uniques les surfaces sur lesquelles elle est appliquée.

 

Quand la périphérie vient au centre

Au centre de cette triple histoire, point de rencontre de trois dimensions importantes où prennent vie trois édifices d’envergure, ce qui se trouve habituellement en marge de la ville vient jouer les premiers rôles. D’une certaine façon, la périphérie reprend place au centre. Comme on peut le lire sur le site officiel du Studio 5+1AA Alfonso Femia Gianluca Peluffo Architects, dans la section dédiée au « Knowledge Transfer Centre » :

« Une périphérie presque devenue centre. Un édifice qui ne s’insère pas de manière aléatoire dans un lot, comme la modernité en tout, mais se construit autour de pleins et de vides. Un édifice aux semblants mimétiques par rapport à l’espace alentour. Briques, béton apparent, verre, enduit. À l’intérieur, une explosion de céramique vert émeraude. Comme un feu de circulation dans la brume ».

 

Rester, pour partir.

Devant la zone de l’IULM de Milan, c’est bien plus qu’un feu dans la brume que décèle le regard. C’est un feu qui invite chacun à s’arrêter pour en admirer la complexité, l’accord entre technologie et solutions esthétiques. Mais il invite aussi à faire vrombir le moteur de l’imagination, comme au début d’une course. À attendre le vert avant de se lancer à toute allure vers l’arrivée, le futur, l’avenir. L’essence de la recherche et de la communication. Comment pouvait-il en être autrement, étant donné le lieu qu’incarne et représente l’IULM ?

Le commentaire du jury du concours international d’architecture Grand Prix pour ce projet ne saurait donc surprendre :

«[…] Ce parcours de recherche et d’expérimentation, en partant d’un rapport solide entre les quantités et la qualité propres à la production céramique industrielle, introduit des éléments de créativité et d’innovation dans la morphologie et les systèmes de mise en œuvre, et active un processus qui élève sensiblement les objectifs du projet et du produit ».

Il n’est pas surprenant que ce projet, né pour vivre, s’affirmer et durer dans le temps et dans la mémoire, soit aussi une invitation à aller sans attendre vers ce qui sera.

Web Design & Copywriting Agenzia SEO Web Atlas